logo
DOSSIER : LA STATION SPATIALE INTERNATIONALE (I.S.S.)

Un défi qui me tenait à coeur depuis longtemps déjà : photographier la station spatiale. En effet, certain sont même spécialiste du sujet soit en dédiant un équipement complet à cette tâche (pour commencer vous pouvez visiter ce lien : http://www.satobs.org/satintro.html), soit de manière plus classique comme Etienne SIMIAN [ http://www.astrosurf.com/simian/principal.htm] et bien d'autre... Tout d'abord il faut s'entraîner a pouvoir suivre l'objet sans motorisation, la vitesse relative étant trop importante pour les moteurs classiques de nos télescope. Un avion de ligne à haute altitude peut-être un bon test. Après, il faut avoir les bons moments des passages pour le lieu d'observation. La plusieurs moyens, soit des logiciels comme Carte du ciel de Patrick CHEVALLEY (voir ma rubrique cartes), ou plus spécifiques comme Orbitron ( http://www.stoff.pl/) pour ne citer qu'eux. Toutefois, il est indispensable de mettre à jour, aussi souvent que possible, les éléments orbitaux (http://www.celestrak.com/NORAD/elements/visual.txt) afin de garantir la précision des calculs. Un autre moyen est les éphémérides en lignes :
 http://www.heavens-above.com/
 http://science.nasa.gov/realtime/
 http://www.calsky.com/

 D'autre part, lors de la recherche d'un lieu précis avec une carte I.G.N. 1/25000ème par exemple, téléchargez ces règles (cliquez ici) à imprimer sur transparent, ca vous aidera ! Remarque : Avec ce genre de carte, vous pouvez déterminer votre Longitude en multipliant la mesure sexagésimale par le cosinus de votre LATITUDE (position de la mesure).

Pour commencer à s'amuser, on peut simplement faire une pose longue avec un simple appareil photo, on obtient alors une trace caractéristique qui permet d'observer la sphéricité de l'orbite, et la vitesse relative par exemple. Puis on peut trouver cela joli !

iss
- Chaque trace correspond à 15 secondes -

Après il est recommandé de faire un repérage du passage, ce sera le point de départ du « suivi ». Car mettre la station dans l'oculaire restant possible, la centrer sur le petit capteur d'une webcam, c'est une autre histoire... Ainsi, la carte prévisionnelle pour mon premier essai :

iss
- Carte Heavens-Above -

Il est inutile de préciser qu'il faut travailler en mode film, pour avoir un nombre de pose élevé et espérer ainsi capturer une ou deux image. Reste un problème majeur, l'estimation du temps de pose. En effet, les indications de magnitude ont très souvent des déviations, ce qui est important c'est la mise au point. En faisant par exemple la mise au point sur une étoile de magnitude proche de la prévision, cela dégrossira le problème. A ce jour je n'ai pas la méthode, il faut donc persévérer dans les essais. Mais dans bien trop de cas, la tendance est à baisser le temps de pose, ce qui augmente le nombre d'image par seconde, le tout avec un gain vers 70% max.

Ici le temps de pose est trop long, ajoutant à cela un déplacement manuel du tube... iss

En affinant les temps de poses :

iss

iss iss simulated

Nous pouvons voir sur la série d'images ci dessus, l'évolution de l'aspect globale de la station spatiale lorsqu'elle se rapproche du centre d'observation. La difficulté que je n'ai pas encore résolue à ce jour est le temps de pose. En effet, principalement en raison de l'éclairement des panneaux solaires par le soleil, il faurdrait pouvoir ajuster le temps de pose en environ 1/250 secondes ! - tout en assurant le suivi - J'admet qu'il est difficile, dans ces conditions, de reconnaître quelques éléments que ce soit...

L'animation suivante est extraite du film en mode brute (VestaPro mode RAW avec les macros 1.6) :


iss RAW [ Il est possible de télécharger un morceaux du film au format Div/X 6.2.5 en cliquant ici (34Ko) ]
On voit nettement le changement du diamètre apparent, ainsi que l'augmentation de la magnitude sur une durée inférieure à une minute.

Une autre image cumulant quelques problemes :

iss

La mise au point n'√©tait pas correcte et de plus il y a eut un probleme lors de la reconstruction de l'image (RVB) à partir de l'image brute (Debayer).

Ca faisait longtemps ! Sortie du LX-90, on visse rapidement l'EOS-400D au foyer, mise au point approximative sur Arcturus, puisque la station ne devrait pas passer loin (voir même l'occulter selon Calsky. Arthur se met aux commandes de l'APN, quand à moi je "guide" le tube. Nous lançons les rafales et voilà le résultat :

iss

 
 Un peu plus loin 

La station spatiale pèse environ 419455 Kg pour un volume habitable de 388 mètres cube soit une largeur 73,15m (avec panneaux solaires) et une longueur 51m (de Destinity √† Zvezda); 52,12m quand le vaisseau Progres est arrimé. Sur l'image ci-dessous, en haut et au centre, le module COLUMBUS.
La vitesse relative est de 7,7 km/s, pour une altitude de 400 km. Ses gigantesques panneaux solaires en font un des points les plus brillants du ciel, qui rend son observation relativement aisée.


- Image NASA, Mars 2011 -

 

ESA Logo

FKA Logo

HumanSpaceFlight
Mise à jour:

[Poster un Message]